Le camping est devenu la solution d’hébergement privilégiée des vacanciers et touristes. Ce type d’hébergement, qui était autrefois dédié aux foyers modestes, s’est considérablement développé en France. On dénombre pas moins de 11 000 emplacements, ce qui en fait la première forme d’hébergement en France.

Le camping est à ce jour l’une des activités les plus rentables qui suscitent l’intérêt de plus en plus d’entrepreneurs. Cependant, il est nécessaire de comprendre clairement les démarches nécessaires à entreprendre avant de se lancer dans l’ouverture ou la création d’un camping.

Tour d’horizon sur les démarches à suivre pour créer un camping.

Création de camping et réglementation

Pour l’ouverture d’un camping déclaré, le futur gérant est tenu de contacter les autorités municipales pour faire une déclaration. Ce type de camping exige certaines conditions à remplir. Il s’agit, par exemple, de la fourniture en eau potable ou encore la construction de douches et toilettes… Il faut tout simplement noter que les conditions peuvent varier. À cet effet, il est conseillé de se renseigner auprès des autorités locales pour prendre connaissance des conditions. Cela est d’autant plus important lorsque vous souhaitez exploiter un terrain depuis une ferme.

Par ailleurs, il faut faire preuve d’une bonne organisation si vous optez pour la création d’un établissement aménagé. Avant de vous engager, l’obtention d’un permis d’aménagement s’avère primordiale. Ce document vous indiquera exactement le nombre d’emplacements à prévoir pour les hébergements (mobil-home, chalets, tentes…) et pour les attelages (camping-cars et caravanes). Vous obtiendrez en outre des détails sur les conditions d’aménagement du site, ainsi que les installations nécessaires. À noter que le permis a une durée de validité de trois ans.

Outre le permis, il est nécessaire d’obtenir un certificat de conformité à l’issue des travaux. Il s’agit d’un document qui atteste que les travaux ont été réalisés conformément au plan d’urbanisme de la région concernée. Le certificat doit être rempli par un professionnel qualifié (architecte, urbaniste, expert en BTP…).

Aussi, vous devez comprendre qu’il n’est pas possible de créer un camping sans avoir choisi son statut juridique. Cela fait partie des démarches à suivre pour la création d’un camping.

Le choix de l’emplacement

Avant de créer un camping, il convient de se poser un certain nombre de questions. D’abord, vous devez chercher à comprendre les besoins réels des clients. Aussi, l’expérience de vacances est un autre paramètre à considérer. Si vous avez prévu de vous installer en bord de mer, alors sachez que cet emplacement ne correspondra évidemment pas à un projet de vacances nature. En d’autres termes, les clients qui souhaitent, par exemple, séjourner à proximité d’un parc ou d’une forêt ne trouveront pas un intérêt à passer leurs vacances dans votre camping. De plus, il est important de consacrer une bonne partie de l’année à votre travail dans le Sud.

La plupart des campings à succès en été se trouvent sur la côte. Un grand nombre de vacanciers s’intéressent aux campings situés sur la côte Atlantique ou en région PACA. Les établissements situés dans ces zones accueillent parfois des résidents permanents dans des mobil-homes.

Si vous envisagez la création d’un camping ouvert toute l’année, alors les emplacements situés en périphérie des grandes villes s’avèrent très appropriés.

Par ailleurs, il est également indispensable de tenir compte de la taille des terrains. Il ne faut pas non plus faire l’impasse sur les conditions d’accessibilité du site et de sa position par rapport aux commerces, restaurant et autres sites d’attraction. Cela ne concerne pas bien entendu les gérants qui souhaitent offrir une expérience de vacances nature à leurs clients.

Enfin, vous devez vous assurer que la zone où vous souhaitez vous installer n’est pas une zone à risque d’inondation.

Le type de camping

D’abord, il est nécessaire de rappeler qu’il existe plusieurs types de campings. On distingue les campings déclarés et les campings aménagés.

Les campings déclarés proposent généralement jusqu’à six emplacements et peuvent accueillir 20 personnes maximum. En ce qui concerne le second type de camping, il propose un nombre d’emplacements plus important c’est-à-dire supérieur à six.

En France, la plupart des campings proposent en moyenne 111 emplacements.

Le choix du statut juridique

Plusieurs options s’offrent aux exploitants de campings :

  • Création d’un camping avec des associés

Dans ce cas de figure, le choix du statut peut se porter sur une SAS ou une SARL. Avec ces deux types de statut, il faut noter que la responsabilité financière des associés est limitée au montant de leur apport. Cela veut dire que les biens personnels du gérant ne peuvent être confisqués en cas de dettes.

  • Création d’un camping avec associé unique

Si vous avez prévu de vous engager seul dans un projet de création de campings, vous avez alors le choix entre une SASU ou une EURL. Ces deux statuts présentent quasiment les mêmes caractéristiques que la SARL et la SAS.

  • Création d’un camping avec son conjoint

La SAS et la SARL conviennent idéalement aux couples qui décident d’ouvrir ensemble un camping. Les bénéfices sont alors partagés entre les deux partenaires à condition que chacun fasse un apport.